Hyperactivité

débat du 08 février 2007

Après la présentation d’une étude de cas d’un enfant de 5 ans 1/2 hyperactif suivi par le CAMSP et le RASED, la discussion s’oriente autour de 2 grands axes :
— l’importance du système et la place des intervenants dans cette prise en charge
— la problématique de l’enfant, l’apport de la psychomotricité dans ce cas et le lien entre dyspraxie, instabilité et la construction psychologique.

Nous choisissons de travailler aujourd’hui sur le premier thème et de reporter à notre prochaine réunion le second.

Dans le cas présenté, le nombre de prises en charge proposées est important : 5 intervenants (ergothérapeute, orthophoniste, psychomotricienne, psychologue une fois par mois et le RASED). Quelle est dans ce cas la place et la spécificité de chacun ?

Puis la question de la différence entre ces différentes professions paramédicales se pose :
- comment et dans quel domaine intervient l’ergothérapeute ? Les domaines étant proche de ceux de la psychomotricienne, quel est son regard particulier sur l’enfant ?
- Pourquoi proposer une prise en charge orthophonique à un enfant dont les difficultés de concentration sont importantes ? Ne faut-il pas faire un travail antérieur en psychomotricité ?
- Qui coordonne les différentes professions qui ne travaillent pas toutes sur la même structure (orthophoniste en libéral, RASED) ?
- Est-il nécessaire de multiplier les prises en charge ?

Dans ce cas particulier, il semble que l’étayage pluridisciplinaire bien coordonné ait plutôt permis à l’enfant de se construire, les progressions dans un domaines amenant une évolution dans un autre.
- Mais ne serait-il pas pertinent de prioriser les prises en charge ?

De plus, le choix d’une structure CAMSP, permettant de mettre à distance les éléments relationnels, ne proposant pas de façon obligatoire une implication des parents dans la prise en charge, est-elle pertinente ? Permet-elle un espace de soins, l’enfant ayant besoin d’être suivi ou n’est-elle qu’un leurre pour les parents ?

Nous avons donc soulevé beaucoup de points, amené peu de réponses… N’hésitez pas à réagir !

Lors de notre prochaine réunion (27 mars 2007 à 18h15 au CH de Rouffach), nous aborderons plus spécifiquement les mécanismes psychomoteurs qui ont amené une évolution et le lien entre dyspraxie, instabilité et construction psychologique.
- N’hésitez pas à venir avec vos remarques et réflexions.

Vos témoignages

  • 20 mars 2007 23:16

    Une démarche intérresante dans un domaine ou c’est souvent la juxtaposition des prises en charges qui prime . Maman d’un enfant tdah de maintenant 18 ans (+dysgraphie , dyscalculie , TAC ), c’est souvent moi qui prenait la déçision ( pas toujours bonne …) de privilégier tels ou tels prise en charge ou de les arréter quand le gamin ( et moi ) satturait .. L’idée d’un référent (médeçin ou autre ) est à privilégier , il garde une vue globale de l(enfant et évite les découpages … Muriel 54

    • Hyperactivité 30 janvier 2009 17:29, par sophe

      l’idée d’ un médecin référent me semble très bonne, mais la difficulté est de le trouver…comment faire ? Sophie 78